Le festival d'Arles-Avignon c'est pas du off 18/09/2010

article_michelestevan.jpg

Marcel Salerno a réussi un sacré tour de force il faut reconnaître.  Ces derniers jours,  Arles-Avignon a mangé médiatiquement le voisin marseillais (qu'il reçoit samedi) et tout cela sans l'aide des scénaristes de «Plus belle la vie». Cette performance, le promu la doit surtout à son président. Arrivé à la tête du club en juin dernier, Salerno a commencé par mettre à la porte Michel Estevan pour mieux le reprendre par la suite. Estevan au passage, c'est juste l'entraîneur qui a hissé le club de la CFA2 à la Ligue 1 en cinq ans. Un détail. Rudi Garcia a connu la même mésaventure la saison dernière, mais l'ACA n'est pas le Losc et Salerno a fini par avoir ce qu'il désirait depuis le départ: le scalpe d'Estevan. Si on ajoute la démission de l'adjoint Robert Duverne (pas son été décidément l'ami Robert), ces cinq défaites en cinq matchs, ces 18 recrues qui s'entassent et doivent se parler en Esperanto, on a comme l'impression d'assister à un suicide en direct avec accent et cigales.

>> Retrouvez ma très mauvaise imitation de Michel Estevan dans le dernier Friday Sport


Mais faut-il être étonné? On parle quand-même d'un club qui a grandi trop vite, d'un club né de l'union improbable de deux villes séparées de 80 kilomètres, d'un club qui devait tout à son entraîneur. Michel Estevan a peut-être ses défauts et ses torts dans l'affaire (je pense à la mise à l'écart de Benjamin Psaume l'un des principaux artisans de la montée en L1), mais il faut reconnaître une chose : Arles puis Arles-Avignon c'était lui. Maintenant, Marcel Salerno dispose enfin d'un club de Ligue 1 pour lui tout seul. Qu'il en profite, car ça risque ne pas durer au-delà de cette saison. Après, rien ne l'empêche de toujours s'amuser à recruter à tour de bras à partir de la base de données de Football Manager 2004 en Ligue 2.

«Lève la tête André-Pierre» 13/09/2010

article_1309-SPOMAR-OM.jpg

En tant que supporter toulousain (il paraît que ça existe, un blog passé témoigne même de ma déviance), j'ai pratiqué le André-Pierre Gignac pendant trois saisons avec assiduité. Passé le temps de me faire à l'idée de le voir boudiner dans un autre maillot que celui du TFC,  j'ai retrouvé dimanche contre Monaco mon «Dédé»: spontané, généreux et parfois perso sur les bords. De son splendide isolement à la pointe de l'attaque toulousaine (splendide, enfin surtout la deuxième saison) Gignac a gardé cette sa fâcheuse habitude de penser que toute passe est proscrite à moins de 30 mètres des cages adverses. D'accord, il y a cette remise en pivot pour Valbuena qui amène le CSC d'Adriano, mais sinon j'ai encore vu un garçon déterminé et spontané mais qui a tendance à rentrer sur le terrain avec la vision périphérique d'André Bocelli. Parfois, mes tympans résonnent encore des cris de Machado, Sissoko ou Braaten démarqués au second poteau lui réclamant en vain le ballon.


Prendre sa chance, c'est bien, c'est ce qu'on attend d'un attaquant. Mais on ne peut pas non plus dégainer dans toutes les positions. A la sortie de ce match nul (2-2), Gignac a eu la lucidité de reconnaître cet excès d'individualisme: «J'aurais pu faire de meilleurs choix. Je pense qu'il y a quelques situations de frappe où je peux mieux la jouer, où je peux lever la tête, mais bon c'est ça les attaquants, il y a une part d'égoïsme chez nous.» Le problème, c'est ce que l'on le pardonne à Toulouse risque de ne pas passer très longtemps à Marseille. Enfant du pays ou pas. Gignac a intérêt de très vite débloquer le compteur. Et la meilleure façon d'y arriver, c'est peut-être d'y penser un peu moins souvent.

PS: René Girard qui sort «il y a un contrat sur sa tête» de la part des arbitres, ça m'a bien fait rire. Enfin, j'ai préféré en rire.

Et si la France ne faisait pas l’impasse sur l’Euro 2012? 08/09/2010

article_RTR2I1D2.jpg

Il fallait bien que cela arrive un jour ou l'autre: l'équipe de France a gagné un match. Si, si, les Bleus ont battu la Bosnie 2-0. Vous savez, cette Bosnie qu'on annonçait comme le Brésil des Balkans avec son artilleur de service, Vedad Ibesevic, aussi en vue hier que sur le banc du PSG à l'époque où il y traînait. La France a gagné un match, la nouvelle à de quoi vous décontenancer un Thierry Roland qui trouve que «Michel Platini fait un très bon président de l'Union Européenne». A entendre certains après la défaite face à la Biélorussie vendredi, les Bleus n'avaient déjà pourtant plus qu'à faire une croix sur l'Euro 2012 et à se mettre au portugais en prévision de la Coupe du monde brésilienne en 2014.

Les déclinologues et autres Nicolas Baverez du football hexagonal ont peut-être juste sous-estimé la faiblesse confondante de l'adversité dans ce groupe D. Plus que par la prestation solide des Bleus enfin revenus à un niveau décent, j'ai surtout été frappé - et limite déçu - par la faiblesse de la Bosnie. Si l'équipe de Safet Susic est censée être la principale menace pour la première place de ce groupe, une non-qualification tricolore tiendrait 1) de la faute professionnelle 2) du sabordage. On ne l'a peut-être pas assez souligné, mais la France a eu de la veine au tirage. Malgré sa victoire au Stade de France, la Biélorussie ne risque pas d'aller bien loin et la Roumanie paraît aussi fringante que les amortisseurs d'une Smica 1000 (la preuve avec ses deux matchs nuls contre l'Albanie et la Biélorussie). Définitivement, la France doit se qualifier.

Sagna? Pourquoi Sagna?

Sinon, pour le football champagne rêvé au moment de l'arrivée du «Président», il faudra peut-être repasser. Pour l'instant. A Sarajevo, Blanc a ressorti les cahiers Clairefontaine laissés par Aimé Jacquet en musclant son milieu de terrain. J'ai peut-être une autre conception du football qu'un trident Diarra-Mvila-Diaby mais il faut reconnaître que les Bosniens ou Bosniaques (c'est comme vous voulez) n'ont pas vu le jour dans ce secteur de jeu. Une solution temporaire sans doute, mais je vais vous dire une chose : un sélectionneur qui ne reste pas figé sur un schéma et sait faire avec les forces et les faiblesses de l'opposition, ça vous change la vie.

Par contre, on a le droit de se demander de quel droit Bacary Sagna dispose d'un CDI en sélection. Je sais que je suis un dangereux utopiste, mais parfois je rêve de voir des centres  en équipe de France. Les Bleus ont bien gagné un match. Tout est permis donc.