Lille ne peut plus se cacher 20/03/2011

article_mavuba.jpg

Jusqu'à quand les Lillois vont essayer de nous faire croire qu'une place dans les cinq premiers est leur seule raison de vivre? Avec une marge de 15 point sur le sixième à dix journées de la fin, cette place est déjà assurée.  A moins d'aligner dix défaites de suite et de faire jouer Gervinho sous passeport grec histoire de prendre quelques points de pénalité. Le titre? Bien sûr que Rudi Garcia et ses joueurs y pensent et pas seulement en se rasant ou en s'épilant les sourcils pour Adil Rami. En attendant le OM-PSG de ce dimanche,  Lille a passé la nuit dans la peau d'un leader avec cinq points d'avance sur son deuxième, Rennes.

Loin de ses récitals en mode Barça du 59, le Losc a encore assuré l'essentiel en s'imposant 2-1 à Brest. Un match typique d'un champion en puissance où se combine le génie de Hazard et Gervinho sur l'égalisation et les largesses de Monsieur Ledentu, qui oublie un pénalty aux Brestois à un 1-0 pour eux. On pensait cette équipe trop talentueuse pour avoir un mental de tueur, on se trompait peut-être. Lille a pris de la bouteille et n'a plus besoin d'être brillant pour gagner.

Un double discours

Alors pourquoi les Lillois continuent de nier l'évidence? Comment souvent en sport, il y a le discours pour l'extérieur (blabla la 5e place, Lyon et Marseille sont mieux armés etc) et le discours en interne.  Je n'ai pas planqué de micros dans les vestiaires du domaine de Luchin, mais je suis persuadé que les Lillois parlent de ce titre entre eux.

Pour cette équipe, c'est peut-être l'année ou jamais pour décrocher la timbale avant que les Hazard, Gervinho, Sow voire Cabaye n'imitent Rami et ne fassent leurs bagages. On n'a pas tout les quatre matins de disposer d'une équipe comme celle-ci.  Et cette équipe a une belle gueule de champion.

12:32 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lille, losc, ligue 1

Rennes manque de talent 12/03/2011

article_RTXVA8L.jpg

Vendredi face à Marseille, le Stade Rennais n’a pas perdu qu’un match (0-2): il a aussi montré ses limites. Jusqu’au coup de boule gagnant de Rémy à la 23e, les Bretons ont plutôt dominé cette rencontre. Le problème c’est qu’une fois mené, on a eu ce sentiment trop familier en Ligue 1 d’une équipe qui maîtrise le ballon sans se créer le début d’une occasion. Les propos de Frédéric Antonetti en disent long à ce sujet.  «Le premier but nous fait du mal. On n’a pas su tenir le 0-0. Il aurait fallu de meilleurs enchaînement techniques pour revenir au score».

>> Un match à revivre en live ici

Lire la suite

«Le foot c'est nul» 06/03/2011

article_rennes.jpg

Contre l'invasion de la Premier League sur les antennes de Canal, j'ai toujours défendu notre brave Ligue 1. Avec un argument: «on ne choisit pas sa famille, on ne choisit pas son championnat». Mais il y a des soirs comme ce 5 mars 2011 et cette 26e journée, où je dois me rendre à l'évidence: il faut être masochiste pour passer ses samedis soir devant «ça». «Ca», c'est quatre buts en sept matchs, des entraîneurs qui pensent qu'ils seront traduits devant le TPI s'ils osent faire rentrer un second attaquant et des équipes «bien en place» comme aime à radoter les consultants de Foot Plus.

>> Une triste soirée à revivre en live ici

Samedi soir, j'ai repensé à la banderole déployée par les Sharks, un petit groupe de supporters toulousains en 2008. C'était bref, concis et ça venait du cœur : «le foot c'est nul». Le masochisme et l'amour de son club à ses limites. Personnellement, je suis capable de m'infliger les pires purges du TFC.  Qu'il neige, qu'il vente et que Santander soit titulaire. Mais qu'en est-il d'un spectateur moins impliqué? Et bien, il vaque à d'autres occupations et il a raison.

Je ne vais pas refaire le débat de la formation à la française et des entraîneurs de Ligue 1, mais je constate que la philosophie de jeu de la plupart d'entre eux se résume à bien défendre et à marquer sur un malentendu. «Bien en place», le mantra de notre Ligue 1. Même quand elles attaquent, beaucoup équipes donnent l'impression de d'abord se préoccuper de leur repli défensif. Dans ce sens, le championnat de France est l'un des plus durs au monde. Personne ne s'y ballade, chaque but se mérite. Mais qu'est-ce qu'on s'ennui!

 

13:56 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : football, ligue 1