Riccardo Ricco «Sympathy for the Devil» 11/02/2011

article_RTR2G499.jpg

A trop vouloir être Marco Pantani, Riccardo Ricco risque de finir un triste jour comme «le Pirate» mort rongé par la dépression, la solitude, la drogue et le dopage qui en découle dans une chambre d’hôtel minable de Rimini. Ce jour a bien failli arriver dimanche dernier.  A 27 ans, Ricco manque de claquer après s’être transfusé son sang  conservé depuis 25 jours dans son frigo quelque part entre le parmesan et un bout de jambon. En apprenant la sordide nouvelle, je me suis dit que ce type était fou.  Le peloton, lui, l’a déjà condamné. Fabien Cancellara a parlé de «l’envoyer sur la lune», on a aussi entendu les mots «idiot» et «irrécupérable» aussi.

Lire la suite