Avertir le modérateur

Fernando Torres n'est pas fini, juste fatigué 13/04/2011 2

article_torres.jpg

Question philosophique de cette fin de soirée: Peut-on avoir de la peine pour un joueur acheté 55 millions d’euros par un oligarque russe? Je sais que mon soutien risque de peser léger à côté de la vague de critiques qui l’emporte depuis son arrivée à Chelsea, mais Fernando Torres peut compter sur toute ma compassion.

Mardi soir, Torres était quelque chose comme l’homme le plus triste et le seul au monde lors de l’élimination des Blues face à Manchester United en quart de finale de la Ligue des champions. Et malgré mon béguin pour l’ancien enfant prodige de l’Atlético Madrid, la lucidité me fait dire qu’il a erré comme un Jean-Eudes Maurice en peine. En le sortant à la mi-temps pour le remplacer par Didier Drogba, Carlo Ancelotti n’a jamais que repérer une première erreur par une autre erreur. L’absence de Drogba en début de match était une aberration surtout quand on a perdu le match aller 1-0.

>> Manchester United – Chelsea est à revivre en live

Si Ancelotti se sent obligé d’aligner Torres pour éviter de fâcher Abramovitch , il peut toujours aligner l'Espagnol et l’Ivoirien ensemble à la pointe de l’attaque. Placé à droite sur la feuille de match, Anelka a encore passé son temps à chercher des ballons à 50m de ses buts. Il y a des coups de fil à Raymond Domenech qui se perdent. Pour en revenir à Torres, les chiffres l’accablent. Pas un but en douze matchs disputés, son ration but/minutes jouées a de quoi faire passer André-Pierre Gignac pour l’affaire du siècle à l’OM.

Pour en revenir à Torres, les chiffres l’accablent. Pas un but en douze matchs disputés, son ration but/minutes jouées a de quoi faire passer André-Pierre Gignac pour l’affaire du siècle à l’OM. A 27 ans, «El Nino» n’a pas encore tout dit. Ce garçon a trop de classe, trop d’amour propre pour ne pas réagir. Il l’a prouvé à Liverpool et avec l’Espagne. Je crois qu’il a juste besoin de souffler. Depuis sa préadolescence, il est de toutes les sélections espagnoles. A 17 ans, il était titulaire à l’Atlético qu’il a porté sur ses épaules pendant six ans. Arrivé à Liverpool, il a enchaîné les buts et les saisons à plus de 55 matchs. Il n’a jamais bronché quand Benitez l’a fait jouer (souvent) blessé. Bref, Torres est un grand joueur, mais un grand joueur fatigué. Et quand on est fatigué, on prend des vacances.

00:24 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (2)

Merci le Shakhtar 07/04/2011 0

Fc-Barcelona-vs-Shakhtar-Donetsk-Champions-League-Soccer.jpg

Vous connaissez l'expression: pour faire un grand match il faut être deux. Mardi soir, mon intuition m'a poussé à choisir ce Barcelone - Donetsk plutôt qu'un énième Chelsea - Manchester United. Et je suis plutôt content de mon choix.  Si on se fie juste au tableau d'affichage, le Shakhtar n'a pourtant pas tenu ses promesses en venant prendre sa leçon de catalan au Nou Camp (5-1).

Mais oublions trente secondes ce résultat sans appel qui envoie déjà le Baça en demi-finale de cette Ligue des champions contre le Real Madrid. Comme l'a signalé Paul Le Guen dans ses commentaires pour Foot + «le Barça a été faible défensivement». Comment ose-t-il? Sous l'ère Guardiola, on a rarement vu une équipe se procurer au moins cinq ou six occasions nettes au Camp Nou. Juste l'espace de la première mi-temps, Donetsk s'est monté autrement plus dangereux qu'Arsenal en 180 minutes. Mais comme Arsène Wenger n'entraîne pas du côté de Donetsk...

Si Barcelone a souffert défensivement, c'est d'abord par la qualité technique des Ukrainiens (ou plutôt de ces Brésiliens qui squattent les postes offensifs). Donetsk a montré comment on pouvait se sortir du pressing étouffant du Barça en deux, trois passes et prendre dans cette défense dans le dos.

Malheureusement, Luis Adriano a dû se prendre pour un attaquant du PSG. Si le match se termine par un 5-3, il n'y a pas à crier au scandale.  Il y a juste à féliciter le Shakhtar pour son match et Barcelone aussi. Mais une fois qu'on a dit que cette équipe était la meilleure de tous les temps, on n'a pas tout dit non?

10:38 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (0)

Marseille ne doit pas être champion 04/04/2011 49

article_0702-SPO-MAR-OM.jpg

De cette 29e journée de Ligue 1, il y a une conclusion à tirer: la lutte pour le titre va se résumer à un duel entre Lille et Marseille. Entre les deux, mon cœur ne balance pas du tout et penche pour le LOSC. Plus qu'une simple préférence, il s'agit de défendre une certaine esthétique du football. Je sais esthétique et Ligue 1, c'est un peu un oxymore. Surtout,  j'aurais la bière amère 29 mai prochain si jamais Marseille privait le football français de ce bonheur.

Je sais que seul compte la réalité du tableau d'affichage, mais il ne faut pas pousser non plus. Depuis le début de 2011, l'OM de  Didier Deschamps engrange les points (25 sur 30) en mode «win ugly» cette expression chère à l'ancien tennisman Brad Gilbert qui en a même tiré un titre. Contre Lens (victoire 0-1), l'OM a encore été «solide et réaliste» comme l'a signalé Deschamps. Il a juste oublié de rajouter cynique. Depuis le début de la saison, on se dit que les Marseillais vont finir par s'améliorer mais on a toujours droit à la même mauvaise bouillabaisse de football.

La France s'ennuie

Pour fréquenter pas mal de supporters marseillais (voisins de bureau et petit frère compris), je sais que la plupart d'entre eux partagent cet avis. Cette saison, Marseille s'ennuie et la France s'ennuie à regarder Marseille. Il faut se poser des questions quand le joueur le plus spectaculaire de l'équipe est le gardien (Steve Mandanda qui a encore sorti deux, trois arrêts à la Spiderman dimanche soir).

Face aux critiques, on sent d'ailleurs un Deschamps obligé de surjouer les pragmatiques. A cause de son long passage à la Juventus, D.D est souvent taxé d'entraîneur défensif. C'est faux, il a montré le contraire avec Monaco en 2003/2004. Deschamps s'adapte à la réalité du moment. Et cette réalité, c'est que son Marseille joue moche. A neuf journées de la fin du championnat, je ne vois pas comment cela pourrait changer. Il ne reste plus qu'à prier le Dieu du football pour voir les Hazard, Gervinho, Sow et Cabaye titrés le 29 mai au soir. Malheureusement, je ne suis pas sûr que ce Dieu existe.

10:17 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (49)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu