Vive le 4-4-2, vive les Merlus 24/04/2011

article_RTR1T7MT.jpg

Dire du bien de Lorient, bonjour la banalité. Mais comprenez-moi, je sortais d'un Caen - Toulouse que je vais qualifier de pénible, éprouvant, affligeant, triste (ok je range mon dictionnaire des synonyme) alors la vue d'une équipe de foot avec une idée de jeu, du mouvement, de l'envie et de la juste technique m'a presque déconcerté, moi, le supporter toulousain saoulé au 4-5-1.

Equipe joueuse que personne ne voit jouer, Lorient a prouvé en prime time et contre le leader lillois (1-1) que cette formation n'avait pas volé tous ces compliments.  Cette saison en Ligue 1, on a rarement vu les joueurs de Rudi Garcia autant dominer dans la circulation du ballon et les déplacements. J'ai peut-être une explication outre la qualité de garçons comme Gameiro, Amalfitano ou l'excellent Ecule-Manga en défense: Lille n'a plus l'habitude d'évoluer contre une équipe en 4-4-2.  Je n'ai pas acheté des actions de ce schéma plus qu'un autre, mais je trouve qu'il a le mérite de perdurer face à la banalisation du 4-5-1 (je ne mets pas le Losc dans le lot puisqu'avec Gervinho et Hazard on a un vrai 4-3-3).
Toujours est-il que le 4-4-2 à la mode Gourcuff père permet aux jours  d'être plus concerner par l'utilisation du ballon et évite d'avoir ce malheureux avant-centre envoyez au casse-pipes tel un poilu en 1916. Bien sûr, il arrive à Lorient de rater ses matchs ou même d'être ennuyeux, mais les intentions sont toujours affirmées et constantes.

Pour avoir eu la chance de discuter une petite heure avec Christian Gourcuff la saison dernière, j'avais noté ces propos concernant les avantages comparatifs de son 4-4-2 librement inspiré du maître Arrigo Sacchi.

«Ce qui m'intéresse, c'est de ne pas voir un jeu stéréotypé mais un schéma où chaque joueur est libre de demander le ballon. C'est à ses partenaires de s'adapter à son appel. La liberté n'existe pas dans un jeu collectif, elle est conditionnée par le mouvement des autres. Et je trouve qu'il y a plus de souplesse dans un 4-4-2. Dans un 4-5-1, on joue sur des rails

La suite de l'interview est ici

On a encore vu la démonstration de cette souple où un latéral comme Morel peut se retrouver en position d'avant-centre, où Amalfitano est à la fois attaquant, meneur de jeu et sur un côté à l'occasion sans oublier le souci constant des défenseurs de trouver le décalage dès la relance.  Tout cela n'a rien d'extraordinaire peut-être, mais dans une Ligue 1 où il est souvent où il est surtout d'être «bien en place», Lorient a le mérite de rappeler qu'un football moins restrictif est possible. Et on peut même être 7e du championnat avec.

23:46 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (0)

Les dix types que je ne peux pas encadrer dans le football français 22/04/2011

article_arbirtres.jpg

Comme on a mis ce blog à mon nom, il paraît que je peux écrire ce qui me passe par la tête, même dire du mal des gens.  Promis, je m'attaque prochainement à mes dix personnalités préférées dans le monde merveilleux du foot français. Mais en attendant voici un Top 10 (classé par ordre alphabétique) tout en subjectivité et mauvaise foi.

Nicolas Anelka

Plus que le type qui insulte son sélectionneur à la mi-temps d'un match de Coupe du monde,  c'est le type qui donne l'impression de traîner comme milieu défensif pour faire chier le monde, le type qui revendique de jouer au foot d'abord pour le pognon et pouvoir porter n'importe quel maillot pourvu qu'il y ait le chèque, que je retiens.

Jean-Michel Aulas avant 2008

Quand Lyon tuait le suspens en Ligue, je trouvais JMA arrogant, pleurnichard et manipulateur.  Je ne sais pas s'il a changé depuis, mais j'ai préféré prendre le parti d'en rire. Et dans ce domaine là, Aulas est le meilleur surtout cette année avec l'épisode de la Playstation piégée à Saint-Etienne.

Tony Chapron

Tous les René Girard et Guy Lacombe de la terre me donnent forcément envie d'être du côté des arbitres. Mais Tony Chapron échappe à cette compassion. Plus que ses quelques erreurs, Chapron incarne la figure de l'arbitre-gendarme qui donne l'impression de détester leur sport.

René Girard

René n'est jamais content, René pense Montpellier n'est pas arbitré comme les autres, alors René pourrit les arbitres pour une touche oubliée. Et quand on émet l'idée qu'il donne une mauvaise image de sa profession, René s'énerve (pas vrai «les petits connards de l'After»). C'est dommage parce que René a plutôt de bons résultats avec Montpellier.

Fred Godard

Parce que même un seizième de finale de Coupe de la Ligue un mercredi soir sur France 4 ne mérite pas d'être aussi mal filmé. Plus jamais pas les ralentis en noir et blanc avec les battements de cœur accélérés. Plus jamais !

>> A relire d'urgence: Godard in the sky with diamonds par les Cahiers du Foot

Le 4-5-1

Comme je ne sais plus qui a commencé, je ne vais pas donné de nom. Mais le 4-5-1 rend mes samedis et dimanches plus tristes depuis trop d'années déjà.

Claude Makelele

Pour sa frappe de balle de moineau, parce qu'il a eu les honneurs qui devait revenir aux Ouèdec, Pedros et Loko, parce qu'il a mis dans la tête des Français qu'un milieu ne pouvait être que récupérateur, parce qu'une tête de Turc ça ne s'explique pas, Monsieur Claude est à sa place ici.

Thierry Roland

Depuis que je l'ai surpris à confondre Mohamed Fofana et Fodé Mansaré lors d'un Liverpool - TFC de triste mémoire, j'ai la preuve que ce cher Thierry sucre les fraises et ne prend même plus la peine de préparer ses matchs. Et je ne parle pas de son chauvinisme gras. Allez draguer après en soirée quand vous dites que vous avez la même profession que ce monsieur.

Franck Ribéry

Face avec l'évidence de choix et par pur snobisme, j'ai hésité à glisser l'homme qui parle droit dans ses tongues à la France.  Puis j'ai considéré qu'un type qui a quitté tous ces anciens clubs fâchés méritait de figurer dans cette liste. Avec ou sans Zahia D.

Zinedine Zidane

Merci pour la Coupe du monde... Je parle de celle de 2022 au Qatar.

17:49 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (0)

Lettre à un jeune supporter toulousain 19/04/2011

201104080033_w350.jpg

Samedi 16 avril, ils étaient 20.000 enfants de la région invités par Olivier Sadran pour vivre la lamentable défaite du TFC contre Auxerre (0-1). Je leur dédie ce post, parce qu'on n'a pas le droit de faire ça à un enfant comme disait un chanteur dont le nom m'échappe.

«Jeune toulousain, jeune toulousaine, samedi dernier tu as été invité par le Toulouse Football Club à assister à sa rencontre contre Auxerre. Il parait que toi et tes camarades avaient réussi l'exploit de remplir le Stadium. Bravo. Mais je constate que seul les Marseillais de Toulouse (qui n'ont souvent rien de marseillais mais passons) et des  êtres candides et influençables comme toi arrivaient à remplir cet étrange vaisseau posé sur l'Ile du Ramier. A 12 ans, tu n'es pas encore en âge de noircir les terrasses de Saint-Pierre, tu n'es pas encore considéré perdu pour la cause doit penser notre cher président Olivier Sadran.

Pourtant, rien ne justifie qu'on inflige un tel moment de désespoir et une telle dose de 4-1-4-1  à un enfant. Alors au nom de ceux qui sont déjà perdus pour le TFC, de ceux qui indexent la réussite de leur week-end sur les performances de Daniel Braaten, de ceux qui pleurent quand Mathieu Valverde plonge à contretemps sur le coup-franc d'un latéral polonais qui vient de cadrer pour la première fois sa carrière une frappe, au nom de noms de tous ces supporters ordinaires, je te présente mes excuses. Je ne sais pas ce que ton papa  t'a expliqué au sujet du monsieur qui nous sert d'entraîneur et qui ne veut jamais jouer à deux attaquant même quand l'équipe en face bétonne à neuf et demi derrière, mais personnellement  je n'ai pas beaucoup plus d'explication à te donner.

Si la prochaine fois, tu préfères rester chez toi à chatter sur MSN, je ne le prendrais pas mal. Tu es encore trop jeune pour trouver du charme à cette torture hebdomadaire. Peut-être qu'en rentrant à la maison, ton papa t'a rassuré en te disant que Toulouse ne pouvait pas descendre. «Impossible avec 38 points, non, impossible».  Comme tu es assez grand, je vais te dire la vérité. Avec le TFC, tout est possible, surtout le pire. J'arrête là sinon je vais te parler de vendredi soir devant Eurosport et à ton âge il faudrait instaurer un code parental pour ce genre de programme. Je te laisse. Et travaille bien à l'école sinon tu vas finir avant-centre au TFC.»

01:13 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (5)