« Merci le Shakhtar   |    Page d'accueil    |   Imiter le Portugal? Peut-être pas. »

Fernando Torres n'est pas fini, juste fatigué 13/04/2011 2

article_torres.jpg

Question philosophique de cette fin de soirée: Peut-on avoir de la peine pour un joueur acheté 55 millions d’euros par un oligarque russe? Je sais que mon soutien risque de peser léger à côté de la vague de critiques qui l’emporte depuis son arrivée à Chelsea, mais Fernando Torres peut compter sur toute ma compassion.

Mardi soir, Torres était quelque chose comme l’homme le plus triste et le seul au monde lors de l’élimination des Blues face à Manchester United en quart de finale de la Ligue des champions. Et malgré mon béguin pour l’ancien enfant prodige de l’Atlético Madrid, la lucidité me fait dire qu’il a erré comme un Jean-Eudes Maurice en peine. En le sortant à la mi-temps pour le remplacer par Didier Drogba, Carlo Ancelotti n’a jamais que repérer une première erreur par une autre erreur. L’absence de Drogba en début de match était une aberration surtout quand on a perdu le match aller 1-0.

>> Manchester United – Chelsea est à revivre en live

Si Ancelotti se sent obligé d’aligner Torres pour éviter de fâcher Abramovitch , il peut toujours aligner l'Espagnol et l’Ivoirien ensemble à la pointe de l’attaque. Placé à droite sur la feuille de match, Anelka a encore passé son temps à chercher des ballons à 50m de ses buts. Il y a des coups de fil à Raymond Domenech qui se perdent. Pour en revenir à Torres, les chiffres l’accablent. Pas un but en douze matchs disputés, son ration but/minutes jouées a de quoi faire passer André-Pierre Gignac pour l’affaire du siècle à l’OM.

Pour en revenir à Torres, les chiffres l’accablent. Pas un but en douze matchs disputés, son ration but/minutes jouées a de quoi faire passer André-Pierre Gignac pour l’affaire du siècle à l’OM. A 27 ans, «El Nino» n’a pas encore tout dit. Ce garçon a trop de classe, trop d’amour propre pour ne pas réagir. Il l’a prouvé à Liverpool et avec l’Espagne. Je crois qu’il a juste besoin de souffler. Depuis sa préadolescence, il est de toutes les sélections espagnoles. A 17 ans, il était titulaire à l’Atlético qu’il a porté sur ses épaules pendant six ans. Arrivé à Liverpool, il a enchaîné les buts et les saisons à plus de 55 matchs. Il n’a jamais bronché quand Benitez l’a fait jouer (souvent) blessé. Bref, Torres est un grand joueur, mais un grand joueur fatigué. Et quand on est fatigué, on prend des vacances.

00:24 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

En parlant de fatigue et de vacances, il descend quand le Pedro se ressourcer dans sa bourgade toulousine, histoire qu'on s'en jette un petit, voire deux, en parlant du passé et en rêvant de l'avenir ? ;)

Écrit par : Space Cowboy | 15/04/2011

J'ai vu ce match et je crois qu'on a tous vu ce qu'Anelka n'a pas fait et que bien qu'on soit inculte ou footix, on peut tout de même critiquer Anelka sur ce Match (vous avez raison il était trop loin, comme en EDF). Après vient Carlo y la divina pregunta : donde esta el Didier Golo, il n'était pas à La Canebière, Didier, c'est sûr. Non mais sans blague Diedier sur le Banc...

Écrit par : Madi People | 16/04/2011

Les commentaires sont fermés.