« Et l'équipe la plus ennuyeuse de Ligue 1 est...   |    Page d'accueil    |   La France qui perd »

Fan de Richard Gasquet, le plus dur métier du monde 21/01/2011 11

gasquet.jpg

Avec 121 autres malades, je suis membre sur Facebook du groupe: «Richard Gasquet, c'est ma cocaïne à moi». J'ai aussi rejoins le groupe «J'aime pas Zidane», mais ça c'est une autre histoire. Bref, à chaque début de saison je me dis que je vais décrocher, sauf que je replonge à la première victoire sur un Kazakh sorti des qualifications venue. Richard Gasquet est une cause sentimentale, une cause esthétique mais une cause perdue d'avance, il ne faut pas se voiler la face.

Je dois surtout me faire une raison. A part sa victoire en double mixte à Roland-Garros avec Tatiana Golovin, Richard (je me permets de l'appeler Richard) ne gagnera jamais un Grand-Chelem. A 24 ans, il paraît déjà avoir accepté son sort: être un bon joueur du circuit entre la 20e et la 35e place à l'ATP, gagner un ou deux tournois mineurs dans la saison et se dire que, oui peut-être, il aurait pu faire mieux. Avec sa franchise confondante, Gasquet avoue tout cela en conférence de presse après défaite contre Tomas Berdych à l'Open d'Australie.


«J'ai été 7e mondial, mais je n'avais pas non plus le niveau pour être premier. Je n'ai jamais été plus fort que Nadal ou Federer. J'ai été 12e mondial pendant longtemps, c'était mon niveau. Je n'ai pas le niveau de Nadal, Federer ou Djokovic.»

Gasquet incarne pour beaucoup avec ce genre de déclarations l'archétype du sportif français trop protégé, pas assez ambitieux. Gentiment loser. C'est possible. Moi le premier, j'ai envie de le secouer, de lui dire qu'il n'a rien à envier à certains membres du Top 10, qu'il a deux Roddick dans chaque poignet. Mais on ne va pas changer notre Richard. Plus maintenant. On ne va lui imposer des rêves qu'il n'a pas ou qu'il n'a plus. On oublie trop souvent qu'un sportif ne nous doit rien. Tant pis pour moi, tant pis pour les 121 membres de «Richard Gasquet, c'est ma cocaïne à moi» et tant pis pour Gasquet lui-même.

Et comme dirait Richard: «Le tennis c'est dur». La vie aussi.

16:03 Publié dans Tennis | Lien permanent | Commentaires (11)

Commentaires

Très bon billet. Je ne peux que souscrire à la totalité de vos propos et vous prescrire un peu de vaseline (quoique cette fois on a évité le calvaire shakespearien des 5 sets).

J'ajouterais que Richard a toujours eu des attitudes de loser sur le court. Et vas-y que je soupire, et vas-y que je montre bien à l'adversaire quand je suis dans le dur... malgré les années ou les événements qu'il a connus et qui auraient pu le faire murir ou le décomplexer (parce qu'on parle bien de complexe en fait), ça n'évolue pas. Et ça lui coute parfois des grands matchs (cf Murray à Wimbledon et surtout Roland Garros l'an passé, Gonzalez à l'Open d'Australie, Youzhny à l'US Open...) ou même des matchs en bois comme en début de saison quand il s'est fait taper par un nobody alors qu'il menait 1 set 0 et 5-1...

Les mecs en face doivent se dire:"Putain ce gars là est un virtuose mais il va craquer. D'ailleurs il craque toujours. Petit physique mais SURTOUT petit mental". On l'avait vu trop beau le gamin. Et comme vous dites: tant pis pour nous...

D'ailleurs quand on a un peu de mémoire, on se souvient qu'au commencement, Richard avait remporté, 17 ans je crois, une victoire épique contre Federer à Monte Carlo en quart. Ca devait être en 2000. En demi, il retrouvait un autre gamin annoncé prodigieux, Nadal. Il n'y a pas eu photo ce jour là. Et on a vu ce qu'il est advenu depuis...

Écrit par : Dr Mabuz | 22/01/2011

Richard Gasquet a été le plus grand espoir français de sa génération. Je suis sa carrière depuis dix ans enpensant qu'il serait un jour n°1 mondial. La déception est grande...

Écrit par : Jean-Jacques Cortes | 22/01/2011

Paul Henri Mathieu souffre du même syndrome.
Il était imbattable chez les juniors, quand il a débarqué sur le circuit, il a démarré en trombe... Et puis Forget l'a tué en l'alignant en finale de coupe Davis. Il ne s'en est jamais remis. Comme Richard, il a toujours l'air déprimé, malgré un fond de jeu vraiment incroyable.

De toute façon, rien ne changera tant qu'on gardera tous ces losers et ces défaitistes à la Fédé. Il faut changer l'état d'esprit du tennis français et arrêter de nous parler de beau jeu et de jeu vers l'avant (Boetsch avait un beau jeu, mais il ne gagnait rien... Llodra va au filet, mais il n'a réussi qu'en double). Il faut inculquer la gagne à nos petites jeunes...

Pour en revenir à Richard, c'est juste du gachis. Des champions avec ce talent là, ça arrive tous les 20 ou 30 ans. Sa seule option, c'est de partir s’entraîner à l'étranger avec un coach qui lui fasse prendre conscience de son potentiel, et qui le fasse travailler son service et son coup droit.

Écrit par : Julien | 22/01/2011

Si j'ai ( encore ) bonne mémoire il avait , tout jeune alors , battu Pete SAMPRAS à BERCY.J'avais vu un joueur surdoué et je m'étais dit que la France allait avoir un trés grand joueur. Hélas , hélas , hélas !

Écrit par : kidu | 22/01/2011

Ca fait un bail que j'ai lâché Gasquet. En revanche le poussin Simon revient très fort et c'est à mon avis le moins complexé de nos tennismen français.

Écrit par : Karamba! | 22/01/2011

"Fan de Richard Gasquet, le plus dur métier du monde", à souffrance égale avec "Fan du TFC".

Écrit par : Space Cowboy | 24/01/2011

"Fan de Richard Gasquet, le plus dur métier du monde", à souffrance égale avec "Fan du TFC".

Écrit par : Space Cowboy | 24/01/2011

@Space Cowboy : alors c'est vrai, ça existe un supporter du TFC ? :P

Écrit par : mars | 25/01/2011

ça existe oui, par défaut. C'est bien là le drame du TFC. Être une équipe par défaut. Sic.

Écrit par : Space Cowboy | 25/01/2011

Oui, ça existe, par défaut. C'est bien là le drame du TFC. Être une équipe par défaut. Sic.

Écrit par : Space Cowboy | 25/01/2011

Roooh, c'est dur de dire ça :-]

Écrit par : mars | 27/01/2011

Les commentaires sont fermés.